Traduction : un jour de fête propice à la réflexion

Rivière Mühlebach, Suisse © Joao Branco

Une carte blanche de Guillaume Deneufbourg, traducteur indépendant. Repérée sur Le Soir Plus.

Ce 30 septembre sera célébrée la Journée mondiale de la traduction, un exercice qui requiert une formation et des compétences humaines que les logiciels en ligne ne pourront jamais supplanter…

La Journée mondiale de la traduction se fête traditionnellement le 30 septembre, jour de la Saint-Jérôme. C’est en effet saint Jérôme de Stridon qui s’attela, vers la fin du IVe siècle, à traduire en latin les textes grecs et hébreux de l’Ancien et du Nouveau Testament. Baptisée la Vulgate, cette traduction sera le tout premier livre imprimé par Gutenberg en 1454. Reconnue par l’Église catholique, elle sera aussi le texte officiel de la Bible en Occident jusqu’au XXe siècle. Il n’en fallait pas plus pour que la Fédération internationale des traducteurs, dont la Chambre belge des traducteurs et interprètes est l’un des membres fondateurs, décide, dès 1953, de mettre la profession à l’honneur en ce jour précis.

Un métier méconnu

Cette année, le 30 septembre a une saveur particulière : la Journée mondiale de la traduction jouit désormais de la reconnaissance officielle des Nations Unies. Tous les traducteurs, interprètes et terminologues professionnels se souviendront ainsi de 2017 comme de l’année où l’Assemblée générale de l’ONU a adopté à l’unanimité la résolution reconnaissant « le rôle de la traduction professionnelle dans l’union des nations et dans la promotion de la paix, de la compréhension mutuelle et du développement ».

Alors que toutes les associations des métiers de la traduction célébreront « leur » journée en grande pompe, il paraît utile de profiter de cette visibilité pour mettre en lumière un métier encore méconnu et pour mener une réflexion sur son évolution et sur les enjeux qui l’attendent. Deux questions méritent en particulier notre attention : celle du statut et de la reconnaissance du métier, et celle des effets de l’évolution technologique.

Rappelons que la profession de traducteur n’est pas protégée. Tout un chacun peut, du jour au lendemain, s’autoproclamer traducteur ou interprète, obtenir un numéro d’entreprise et proposer ses services. Cette situation favorise l’arrivée sur le marché de prestataires insuffisamment qualifiés, ce qui n’est pas sans conséquences sur la qualité des textes traduits, sur l’image de la profession, et sur les prix. On notera que certains progrès ont été faits à cet égard ces dernières années, notamment pour les traducteurs et interprètes jurés, avec la création d’un registre national qui oblige les instances judiciaires à ne faire appel qu’à des professionnels qualifiés. Il s’agit en soi d’une forme de reconnaissance de la profession, dont nous devons nous réjouir, malgré les barèmes tarifaires imposés par la Justice, très inférieurs à ce que la profession est en droit d’attendre. Mais ceci est un autre débat.

Une évolution encourageante…

De même, les institutions européennes et supranationales, en majorité, limitent désormais le recrutement aux titulaires d’un diplôme universitaire en traduction, encourageant ainsi indirectement le passage par l’université des aspirants traducteurs.

L’obligation de recourir à des professionnels qualifiés (diplômés ou expérimentés) est en revanche difficile à imposer au secteur privé. Aussi les associations professionnelles ont-elles un important rôle de sensibilisation à jouer, d’autant qu’elles sont, par la voie de leurs conditions d’admission, l’un des garants de la qualification professionnelle et du respect de la déontologie, à l’instar des ordres régissant d’autres professions libérales, comme les architectes, les avocats ou les médecins. Accroître l’influence des associations ne peut donc être que bénéfique.

… mais une certaine inquiétude

Du côté des évolutions technologiques, en dépit des discours apaisants, on ne peut nier que ces avancées sont à l’origine d’une certaine inquiétude. Les logiciels de traduction automatique sont, à l’évidence, de plus en plus performants. La question brûle alors les lèvres : notre profession est-elle menacée ? Je ne le pense pas, mais il est certain qu’elle devra s’adapter à ces changements, viser une qualité de prestation et de service toujours plus élevée, en mettant en exergue sa valeur ajoutée par rapport à la machine. Cette évolution peut même s’avérer positive pour les professionnels, qui pourront se concentrer sur les projets à plus haute valeur, et donc plus « gratifiants », et laisser les tâches plus rébarbatives aux robots. Il est intéressant de noter que si la demande en traduction automatique ne cesse de croître, elle n’induit paradoxalement aucune diminution de la demande en traductions humaines. La montée en puissance de l’un ne signifie donc pas nécessairement le déclin de l’autre. Il incombera aux professionnels de garder cependant une longueur d’avance sur la technologie en affirmant leurs compétences et en continuant à se former.

Des beaux jours, malgré tout

Mais ne boudons pas notre plaisir en ce jour de fête ! Le secteur mondial de la traduction se porte bien, avec quelque 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et une croissance estimée à environ 40 % entre 2010 et 2020. Le nombre d’étudiants inscrits dans les filières universitaires de traduction progresse chaque année et le secteur ne cesse de se professionnaliser. Il a donc encore de beaux jours devant lui, même si – comme tous les autres – il devra inévitablement s’adapter au changement et vivre avec son temps.

Crédit photo © Joao Branco

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.